Le château de Blois, du moyen âge au grand siècle

Mis à jour : avr. 3

En 1498, Louis XII monte sur le trône royal et choisit de faire du château de Blois sa demeure principale. Celui-ci devient alors la résidence royale. On peut y voir la statue équestre de Louis XII au-dessus du porche de l’aile Louis XII (avec en emblème un porc-épic, symbole du roi : « Qui s’y frotte s’y pique »). Pendant ce règne, le château est au centre de la vie politique en France. Il reste demeure principale des rois de France jusqu’à la Renaissance. François 1er y réalise de grands travaux avec en particulier une nouvelle aile et son fameux escalier monumental de style Renaissance. Il est délaissé par Louis XVI puis reste à l’abandon pendant la Révolution.

Le château de Blois, du moyen âge au grand siècle, reflète la vie politique et royale d’une époque importante de l’histoire de France. De par la présence du diplomate Florentin Nicolas Machiavel ou encore la convocation de deux états généraux. Il est aussi un carrefour pour les arts. Des architectes tels que Jacques Sourdeau ou Dominique de Cortone participeront à la construction de celui-ci. Le poète Pierre de Ronsard aura une inspiration pour écrire ses « Amours » en cette demeure. Le château réunira une des plus importante collection de livres d’époque sous François 1er.


Nous vous livrons six anecdotes sur le château de Blois, du moyen âge au grand siècle



Une charpente presque millénaire


Les travaux du château se terminent en 1214, mais de nombreuses rénovations, agrandissements et aménagements ont eu lieu au fil des siècles. Le château actuel n’a donc plus rien à voir avec la bâtisse initiale. Un seul élément a traversé les âges : la charpente de la grande salle de justice. Les énormes poutres en chêne qui la composent sont présentes depuis la construction du XIIIème siècle. Elle est la plus ancienne salle civile gothique d’époque en France actuellement et a accueilli à deux reprises les états généraux.



Machiavel au château de Blois


Nicolas Machiavel, diplomate Florentin chargé de missions auprès de la cour de France sera présent à Blois à deux reprises : en 1501 et en 1510. Il y effectuera des accords politiques et militaires entre le royaume de France et Florence. Penseur humaniste italien de la Renaissance, il reste l’un des fondateurs du courant Réaliste en pensée politique internationale. Il avait la volonté de séparer la politique de la morale et de la religion. Certains l’ont stigmatisé et accusé de vouloir tromper, avec notion de cynisme et d’immoralité.

« Quand il s’agit d’offenser un homme, il faut le faire de telle manière qu’on ne puisse redouter sa vengeance ».



François 1er et le grand escalier



Élément architectural le plus célèbre et emblématique du château royal de Blois, il accroche le regard dès que l’on pénètre dans la cour intérieure. D’influence italienne, il a été réalisé pendant le règne de François 1er, pendant la Renaissance française. Il présente des ornements et gargouilles caractéristique de l’époque au niveau de la corniche.









Les amours de Cassandre


C’est à Blois en 1545 que Pierre de Ronsard rencontre Cassandre Salviati au cours d’un bal donné à la cour. Il s’investit alors dans la poésie amoureuse. « Les amours de Cassandre » seront le reflet de la souffrance d’un amour non partagé. Il utilise des références de l’antiquité (Plutarque) pour élaborer son mythe amoureux : inaccessible, platonique, sans amour en retour…







La prune du Duc de Guise


Le Duc De Guise est le meneur de la Ligue qui représente les catholiques contre les protestants, et donc un danger pour le roi Henri III pendant la guerre de religion.

Henri III n’a qu’une obsession se débarrasser de son rival qui devient un adversaire gênant. Il invite donc le Duc De Guise à participer aux états généraux convoqués au château de Blois. Les appartements sont gelés en cette période d’hiver 1558 et le Duc est bien fatigué car il a passé la nuit en très bonne compagnie… Il arrive en avance dans la grande salle où doivent se tenir les états généraux. Il demande à son valet des fruits secs, et on lui apporte des prunes de Brignolles qui semblent lui redonner de l’énergie. Quelques minutes plus tard, il meurt sous les coups d’épée des soldats d’Henri III et finira décortiqué par les poissons de la Loire si proche …




Catherine de Medicis et l’Astrologie


La reine Catherine de Medicis est à l’origine de la réalisation d’un observatoire astrologique au sein du château avec l’aide du mage Ruggieri. Cet observatoire lui permettait de deviner le destin de la famille royale. La prophétie de la mort de Catherine de Medicis est une anecdote de l’histoire de France assez cocasse… Le mage Ruggieri lui avait prédit qu’elle mourrait à Saint Germain en Laye, ville qu’elle évitera à tout prix ! Elle tombe malade au château de Blois et y mourut quelques temps après. Mais le prêtre qui s’était rendu à son chevet avant son décès, s’appelait.. l’Abbé de Saint Germain.


Ainsi, les anecdotes citées sur le château de Blois, du moyen âge au grand siècle vous permettront de découvrir la vie politique et artistique de cette période essentielle de l’histoire de France.

Et si vous souhaitez déambuler dans les rues de Blois à la découverte des curiosités qui entourent le château, découvrez notre jeu de piste à Blois.

A propos

Foxie est une application mobile de jeux de piste et de balades ludiques sur smartphone. Sous la forme de balades ludiques ou de jeux urbains, nos jeux de piste vous invitent à la visite de quartiers, à la découverte de personnalités ou à la résolution d'enquêtes. L'application vous permet de jouer de manière autonome seul ou en équipe. 

Villes
Foxie SAS - Jeux de piste, enquêtes et visites touristiques sur smartphone - Copyright 2020 - Conditions générales d'utilisation & Mentions légales